Ville d’histoire

GUINGAMP, VILLE MILITAIRE

(Source et Publication Office du Tourisme Guingamp)

Au 9ème  siècle, sur la rivière le TRIEUX, à mi-chemin entre sa source et son entrée dans la Manche, un îlot, des gués et quelques voies romaines fixent un lieu de passage où s’installent peu à peu maisons, artisans, auberges. Ainsi naît GWENGAMP, de deux mots bretons : « GWEN » voulant dire blanc, saint ou béni et «GAMP» pour camp ou lieu.

  • La Motte des Comtes de Guingamp

1034 : première fortification (rempart en terre surélevé d’une palissade de bois) construite par Eudes, frère du Duc de Bretagne Alain III, ( les Avaugours) pour se protéger des Normands.

  • Une nouvelle enceinte maçonnée

Vers 1123, les descendants d’Eudes rasent la motte et construisent un château. Cette période marque le développement important de la ville qualifiée de chef-lieu de comté en 1151.

  • La guerre des deux Jeanne

En 1341, la ville est au cœur de conflits opposants deux prétendants à la couronne ducale.  Jeanne de Penthièvre, épouse de Charles de Blois, neveu du roi de France Philippe VI fait valoir ses droits à la succession de Bretagne contre Jean de Monfort, son oncle, époux de Jeanne de Flandre et allié d’Edouard III d’Angleterre.

Guingamp soutient le parti de Jeanne et Charles de Blois et devient leur lieu de résidence privilégiée ainsi qu’une place importante où l’on frappe monnaie.

A la mort de Charles de Blois à la bataille d’Auray en 1364, la couronne passe aux Monfort mais les Penthièvre conservent leur domaine.

  • Guingamp, première Municipalité de Bretagne

En 1380, Jeanne de Penthièvre nomme Colin David, représentant de la communauté de Guingamp. C’est la première organisation municipale de Bretagne, créée 40 ans avant celle de Rennes.

  •  Margot la Terrible et la destruction du second château de Guingamp

En 1420, l’attitude hostile des Penthièvre et le complot mené par Marguerite de Penthièvre (qui rêve d’être duchesse de Bretagne) entraîne la confiscation de leur domaine. Le Duc Jean V fait détruire château et remparts et donne le comté à son fils Pierre.

  • Une forteresse d’artillerie neuve

Pierre, mari de Françoise d’Amboise, accède au trône ducale en 1450 sous le nom de Pierre II. Dans le milieu des années 1440, il fait construire un nouveau château. Ce château, carré et flanqué à chaque angle d’une tour circulaire, est une forteresse d’artillerie adaptée à l’usage des armes à feu alors en plein essor. Ce château n’a jamais été achevé. 

  • Richelieu sonne le glas du château de Guingamp

Au début du 17ème, le Duché de Penthièvre appartient à César de Vendôme, frère du roi Louis XIII et gouverneur de Bretagne. Sa révolte contre l’absolutisme royal entraîne Guingamp dans une nouvelle épreuve. En 1626, la ville est investie par les troupes de Louis XIII qui ordonne la destruction de son château arasé au niveau des courtines.

  • Guingamp reste un centre militaire

En 1827, la caserne St Joseph s’installe dans le couvent des Ursulines. Ce dépôt de Remonte qui a fonctionné jusqu’à la seconde guerre mondiale fournissait les chevaux nécessaires à l’armée.

En 1876, une nouvelle caserne est construite pour accueillir le 48ème Régiment d’Infanterie qui reste à Guingamp jusqu’à la 2ème guerre mondiale. Cette caserne de la Tour d’Auvergne abritera jusqu’en 1976 un centre de sélection militaire de la région ouest.

Comments are closed.